Vendredi 24 novembre 2017
RSS
Newsletter Recevez la newsletter :
essai test Honda NM4 Vultus 750 ABS Integra custom

Transport non-commun

Essai Honda NM4 Vultus 750 ABS

Quatrième volet de la saga Honda NC, le Vultus NM4 est un engin particulier. Mi-scooter, mi-custom, sous ses airs d’intercepteur furtif, directement sorti d’un film de science-fiction, se cache la même base châssis/moteur que l’Integra. Mais à son bord tout diffère ! Amateurs de deux-roues atypiques, vous allez adorer cette surprenante machine !
Millésime : 2014
mardi 12 août 2014
750 cm3   legende
 
Commentaires Enregistrer au format PDF   impression  réagir à l'article 3 réactions
 
Galerie photos Honda NM4 Vultus 750 ABS Galerie photos Honda NM4 Vultus 750 ABS


Ce matin, j’ai le sentiment d’être un super-héros ! Je n’ai pourtant pas changé de céréales, ni abusé de quoi que ce soit (promis !), mais en découvrant ma monture du jour sur le parking de Honda France, j’ai vraiment la sensation qu’aujourd’hui, je vais cruiser dans les rues de Gotham pour défendre la veuve et l’orphelin. Son nom : NM4 Vultus, un patronyme aussi original que le design avant-gardiste de ce deux-roues directement sorti d’un film de science-fiction. Un truc de dingue !
Vultus signifie visage en latin. Et quelle gueule en effet ! Avec ce faciès taillé à la serpe, ce regard cyclopéen à diodes plus que menaçant, inséré dans une proue aux angles saillants (tranchants !), l’engin impressionne. Ligne au ras du bitume, longueur conséquente, large selle et énorme gommard de 200 mm de large à l’arrière, je reste médusé par l’exercice de style proposé par les designers nippons, baignés dès leur plus tendre enfance dans la culture manga.
La mise sous tension du bloc instrumentation fait perdurer la stupéfaction. Façon cockpit d’avion furtif, les trois cadrans LCD planqués sous la bulle s’illuminent d’un vert "kryptonien". Moteur éteint, les deux éléments latéraux distillent une intensité variable, telle un battement de cœur ! Le Vultus vit !

Scooter-Station essaye le Honda NM4 Vultus 2014

A bord du vaisseau furtif

Prendre place à bord de ce "tribuno-glisseur" façon Judge Dredd ne pose guère de difficultés. En effet, la selle creusée du NM4 Vultus culmine à seulement 650 mm du sol et même lorsque le siège passager est relevé pour faire office de dossier au pilote (justicier ?), le levée de jambe est aisé. Ceux qui ont séché les cours de gym à l’école ne seront pas pénalisés !
La position de conduite est typique du genre custom. Jambes en avant totalement dépliées, celle-ci préserve idéalement. Bras écartés, mais point tendus en la présence d’un guidon droit d’une largeur raisonnable et bien ramené vers le pilote, on jouit également d’un super maintien grâce au moelleux dossier qui parcoure les ¾ du dos. Replié, l’accessoire transformé en dosseret offre encore une très bonne tenue des lombaires. Royal !
La partie avant incorporant les rétroviseurs à la manière d’une Honda CTX 1300 affiche une largeur déroutante. Toutefois, sa très faible hauteur offre une vue imprenable sur la route. En baissant le regard se dévoile l’instrumentation numérique du vaisseau Vultus. Jauge à essence, horloge, indicateur de température extérieure, de rapport engagé, de cartographie sélectionnée, ordinateur de bord… elle est complète. Sa mise sous tension originale et son agencement atypique sont également des plus agréables. Et, particularité du modèle, elle propose une lumière d’ambiance pour chaque mode de conduite. Mais en jouant sur les deux boutons qui l’encadrent, on peut également faire son choix parmi 25 teintes différentes (tous les détails en page 2 de cet article). Ce qui réveille immanquablement le geek qui sommeille en vous !

Scooter-Station essaye le Honda NM4 Vultus 2014

Brevet de pilotage exigé

NM4 pour "New Model 4", le Vultus est donc le quatrième deux-roues issu de la nouvelle plate-forme Honda NC 750, après le roadster NC 750 S, le trail urbain NC 750 X et le maxi-scooter NC 750 D Integra. Avec son imposant habillage, s’est d’ailleurs à ce dernier qu’on lui prête plus facilement filiation, d’où son essai aujourd’hui sur Scooter-Station.com. Néanmoins, exception faite du châssis, du système de freinage et du moteur, tout les sépare !
Avec sa transmission à double embrayage DCT et le système singulier de commandes qui en découle, on trouve rapidement ses marques à bord du Vultus. Du moins pour qui serait déjà familiariser avec les commodos de la gamme. Car pour les autres, l’absence de levier d’embrayage à gauche et la présence des boutons + et – pour faire évoluer les rapports en mode manuel, déconcertent de prime abord. Comme la sélection des 3 modes de conduites sur le commodo droit (automatique Drive, automatique Sport et Manuel), qui requiert au démarrage un certain temps de réflexion. Pour un non-initié, la prise en mains du l’engin n’est donc pas évidente, d’autant plus que le Vultus est long (1 645 mm d’empattement) et lourd (245,4 kg sur notre balance). Au bout de sa fourche ouverte à 33° est installée une roue de 18 pouces et son pneumatique arrière de 200 mm de large ne sert pas vraiment son agilité. Bref si l’on gère facile les manœuvres moteur éteint - tous les types de pilote bénéficient de bons appuis - à basse vitesse la direction donne la sensation de tomber. Pour autant, l’évolution en ville n’est pas un calvaire, mais la vigilance est de mise, encore plus ce matin où nous roulons sur chaussée détrempée. Vivement le mois d’août !

Scooter-Station essaye le Honda NM4 Vultus 2014

Session drift !

Réponse vigoureuse et instantanée à l’accélération (quelle que soit la cartographie sélectionnée), sur le bitume glissant le Vultus patine assez facilement, et pas qu’au démarrage ! C’est parfait pour se la jouer "rebelle" lorsqu’on maîtrise l’exercice, cela l’est beaucoup moins pour rassurer le commun des utilisateurs. Heureusement dans ces conditions, la gestion du filet de gaz est assez aisée et l’on reste sur ses roues, grâce également aux pneumatiques Dunlop de bonne qualité.
Le ciel enfin clément nous octroie quelques heures de répit. Chouette ! Le parcours s’asséchant nous permet maintenant de pleinement profiter des performances du bicylindre parallèle de 745 cm3. Grisant ! Celui-ci distille en effet un couple conséquent, présent dès le bas du compte-tours, avec bien entendu une réponse et un frein moteur plus marqués en mode automatique S qu’en mode D (les changements de rapports s’effectuent à des régimes supérieurs). Façon catapulte, grâce à la motricité redevenu exemplaire sur le sec, il autorise des démarrages en trombe, bien inspirés par l’allure de notre monture. La transmission automatique à double embrayage calcule finement les changements de rapports, quasiment imperceptibles pour le pilote. L’impressionnante envolée ne connait pas vraiment de relâche. Quel pied ! Dommage seulement que la sonorité trop métallique et la ligne quelconque de l’échappement ne soient pas vraiment en adéquation avec l’image agressive du NM4 Vultus.

Scooter-Station essaye le Honda NM4 Vultus 2014

Des sensations brutes !

Facile à inscrire en courbe, rigoureux dans le maintien des trajectoires, on met rapidement en défaut sa garde sol, ses larges marchepieds venant racler le bitume. On apprécie toutefois ce Vultus en conduite musclée et l’utilisation de la boîte manuelle ludique à souhait. Néanmoins il se pilote plus facilement avec souplesse à des rythmes plus coulés. Mode D de rigueur, on évolue alors sur les bas-régimes, limitant la consommation, sans vraiment pénaliser l’efficacité.
Sur les axes rapides, le Vultus présente une tenue de route peu critiquable. Mais passés 80 km/h, force est de constater qu’on s’en prend plein la poire ! La proue préserve parfaitement des genoux aux épaules, en revanche pieds et tibias sont exposés, mais toujours moins que le casque. Satanée bulle courte ! Dommage, car l’allonge du commuter est plutôt bonne. On trouve en effet beaucoup de répondant entre 130 km/h et 160 km/h. Au passage, notez qu’agrippés à son guidon nous avons mesuré sa vitesse maximale à 177 km/h au GPS (188 km/h compteur).
Côté freinage, on trouve que le bon mordant du système à l’avant est délivré de façon progressive, mais l’arrière ne distille pas un feeling exceptionnel. L’ABS s’avère bien paramétré, dommage seulement qu’avant et arrière ne soient pas couplés, pour encore plus d’efficacité. Sur ces phases de ralentissement, le Vultus demeure parfaitement stable, ne plonge pas vraiment, ni ne s’assoit de l’arrière, en raison du faible débattement de l’amortisseur.

Scooter-Station essaye le Honda NM4 Vultus 2014

Presque pratique !

L’assise enveloppante à beau offrir une texture moelleuse, avec beaucoup de rigidité sur la partie arrière le passage des nids de poule est quelque peu rugueux. Le Vultus ne s’apprécie donc pas vraiment sur la durée. De toute façon son réservoir moins grand que celui de l’Integra (11,6 litres contre 14,1) oblige à des passages à la pompe plus fréquents (nous relevons une consommation moyenne de 5,3 l/100 km).
De plus, il est impossible d’emmener son barda sur le Vultus. On emportera peut-être un gros sac (noir de préférence !) fixé par des sandows, pour ceux qui parviendront toutefois à trouver des points d’ancrage sur la partie arrière. Mais pour qui apprécie sa ligne futuriste, lui greffer un top case est totalement proscrit. Dommage que la version "bagger" aux sacoches intégrées ne soit pas disponible en France. En revanche, deux boîtes à gants installées dans les écopes de la partie avant (entre clignotants et rétroviseurs) permettent d’emmener plus que le contenu de ses poches. Celle de droite fermant à clé recèle une prise 12V pour recharger son smartphone... u son pistolaser ! Celle de droite peut accueillir une bouteille de 50 cl et d’autres babioles. C’est toujours ça !

Scooter-Station essaye le Honda NM4 Vultus 2014

Bilan : Déjà collector

Le design du Honda NM4 Vultus fait grand débat ! Et on peut aisément le comprendre, tant il diffère du commun des productions actuelles. S’il choque certains qui le trouvent trop typé, d’autres apprécient l’extravagance de ses lignes futuristes, complètement inspirées de la culture manga - un univers qui a bien souvent du mal à prendre pied sur le sol européen. Mais ce choix est totalement assumé par le premier constructeur mondial, qui ne destine d’ailleurs pas ce Vultus à la grande série puisqu’une centaine d’exemplaire seulement devrait être proposée sur notre marché.
Ceux qui craqueront pour l’engin aux formes hors-normes découvriront alors un deux-roues aux qualités dynamiques avérées. Certes point des plus simples à prendre en mains, mais passé le cap de la découverte, le Vultus révèlera une véritable ambiance et un caractère ludique fort, transformant la banalité des trajets quotidiens en méchante virée des plus remarquées. Contre la somme de 11 599 € tout de même !

Plus Moins
  • look démentiel !
  • planche de bord futuriste
  • performances
  • position de conduite
  • sécheresse de l’amortisseur
  • protection au niveau du casque
  • prix



 
Crédits :
Mehdi Bermani-Tezkratt - Photos Christophe Le Mao et MBT
 


Fiche technique

Moteur : bicylindre en ligne, 745 cm3, 4 temps, alésage 77 mm x course 80 mm, refroidissement liquide, 1 ACT et 4 soupapes par cylindre, injection électronique PGM-FI, 6 vitesses, transmission à double embrayage (DCT), 2 modes automatiques (Drive, Sport) + 1 mode manuelle, transmission finale par chaine
Puissance 55 ch. (40,3 kW) à 6 250 tr/min, couple 6,8 daN.m à 4 750 tr/min

Partie cycle : cadre type Diamant en acier, fourche télescopique diam. 43 mm déb. 125 mm, mono-amortisseur Pro-Link déb. 100 mm, freins AV simple disque diam. 320 mm / étrier 2 pistons + ABS - AR disque diam. 240 mm / étrier 1 piston + ABS, pneus AV 120/70 x 18 - AR 200/50 x 17

Gabarit : dimensions (L x l x h) 2 380 mm x 933 mm x 1 170 mm, empattement 1 645 mm, angle de chasse 33° / chasse 110 mm, hauteur de selle 650 mm, garde au sol 130 mm, réservoir 11,6 litres, poids constructeur tous pleins fait annoncé à 245 kg, poids tous pleins faits vérifiés à 245,4 kg (AV : 119,8 kg ; AR : 125,6 kg)

Performances : vitesse maxi mesurée à 177 km/h au GPS (188 km/h compteur), consommation constructeur 3,52 l/100 km (normes WMTC en mode D), consommation d’essai mesurée à 5,3 l/100 km

 

Partageons nos expériences !

En ce moment, 4 avis d'utilisateurs sur cette HONDA Vultus NM4

Graphique note HONDA Vultus NM4 Note générale : 8.54
Classement général : 52e / 299
Evolution : 0

  • Votre essai 8.42
  • Entretien/budget 7.75
  • Vous 10
  • Pratique 7.13
  • Long terme 9.4
Conclusion maxitest Dernier avis :
On ne voit pas les differentes couleur du tableau de bord par soleil je trouve le freinage arriere insuffisant la hauteur de selle et la position de conduite est bonne j attends de pouvoir essayer la bulle haute pour esperer une meilleure protection de la tête.

 
 

 
 

Articles relatifs

Nos derniers articles relatifs à : Custom - Grandes roues - Honda - Honda Integra 700 - Scooter + 125 (A) - Scooter ABS - Scooter selle basse

L’électrique de référence
Essai BMW C-Evolution Long Range
22 novembre
Scooter électrique et efficace !
Essai Askoll eS3
2 novembre
Energies alternatives
Honda PCX électrique et hybride
27 octobre
La référence de retour ?
Essai Yamaha X-MAX 125 2018
11 octobre
Un atout pour la ville !
Essai Peugeot Belville 125
29 septembre
 
 

Vos commentaires

  • Honda NM4 Vultus 750 ABS
    15 août 2014, par prosperyoplaboum
    Comme on dit : "Les goûts et les couleurs..." mais il faut avouer qu’elle a de la gueule ! J’attends de gagner au Loto pour revendre mon Kymco 400i Xciting et l’acquérir !


  • Honda NM4 Vultus 750 ABS
    13 août 2014, par Sam
    Joli essai du Vultus, bien que j’estime au contraire que le DCT d’Honda se gère en 5 min. max. (j’ai testé la NX 750). Le Vultus est pour moi une blague sur deux roues. Il sert à quoi ? Et c’est peut-être pour ça que les français qui ont trop d’argent vont l’acheter et il roulera comme souvent dans ce cas max. 500 km/an. J’ai peur qu’il va finir comme la CTX, tant prisée chez les américains et vendue (vu le prix de liste) actuellement pour une bouchée de pain en Europe. Le plus gros défaut pour moi mis à part le veau que c’est, c’est l’assise absolument horrible et pour moi la mauvaise protection au vent. Autant prendre la NC 750 S/X pour un prix... Mais je m’arrête car je suis certainement tout seul avec mon opinion... ;-)

    • Honda NM4 Vultus 750 ABS
      14 août 2014, par Le Gnac

      Donc, si je résume, on a une enclume de 245 kg pour 55 poneys (ce qui fait dire à l’essayeur que les perfs’ sont impressionnantes (...), qui "tombe" de l’avant, est lourde du (gros) cul, sur laquelle on ne peut rien charger correctement, le tout avec un look à faire peur...

      Tout pour être un franc succès donc..... arf


 
 


Annuaire des concessionnaires 
Trouvez votre concessionnaire
scooter moto près de chez vous

 
 

 

 

 

Top hebdo*
Essai BMW C-Evolution Long Range
Destinée aux permis A, la version Long Range du C-Evolution 2017 promet d’allonger son autonomie sans rien perdre de son efficacité ni de son originalité. Essai.

* articles les + lus durant les 7 derniers jours
 

 

 

 
 
1 visiteur connecté