Samedi 18 novembre 2017
RSS
Newsletter Recevez la newsletter :
scooter Kymco 125 Grand Dink

Le banlieusard

Essai Kymco 125 Grand Dink

Mots-clefs de l'article : Kymco Dink - Scooter - 125 (B) - Scooter selle basse
Le Grand Dink poursuit son exploration des boulevards et voies rapides depuis 2001 avec une rare indifférence. Voici un scooter bien équipé, doté d’une selle "pullman" et adapté à tous les gabarits, à la ville autant qu’à la banlieue. Pour moins de 3 000 €, difficile de faire plus.
Millésime : >2001
vendredi 13 mai 2005
125 cm3   legende
 
Commentaires Enregistrer au format PDF   impression  réagir à l'article 0 réaction
 
Galerie photos Kymco 125 Grand Dink Galerie photos Kymco 125 Grand Dink


Apparu discrètement en 2001, le Kymco se taille depuis une réputation solide sur notre marché et ses ventes augmentent chaque année. Cette évolution commerciale s’explique très facilement après l’avoir essayé. Aucun autre scooter n’offre pour moins de 3 000 € (au 12/05/05) un tel éventail de prestations et surtout une ergonomie aussi accueillante ! Regardez plutôt et prenez place à son bord : nulle par ailleurs vous ne pourrez vous affaler sur une selle aussi conviviale... Cossu, épais, large, ce fauteuil embarqué participe activement au confort de bord mais aussi à la ligne de l’engin. Le Grand Dink offre ainsi une esthétique originale, typiquement asiatique et sans faute de goût. Son nez pointu et plongeant s’oppose à un arrière très relevé, de grosses ouvertures ménagées sur sa face alimentent le radiateur du moteur en air frais. Hormis l’absence d’alarme, son équipement ne souffre guère de lacunes. Le vaste coffre peut contenir un casque intégral et un sac à dos, la planche de bord offre même un compte-tours, une jauge à essence et une horloge, tandis que la trappe d’essence débouchant sur le côté gauche du large tablier se montre très accessible et donc pratique. Pour ne rien gâcher, l’assise généreuse ne pénalise pas plus les courts sur pattes que l’espace habitable les grands gabarits ! Assurément, le Kymco met tout le monde d’accord : son plancher semi plat permet de se faire sa place facilement et le guidon haut évite de s’y cogner les genoux lors des demi-tours. N’en jetez plus ; tout serait presque idyllique si les suspensions un peu trop fermes à basse vitesse ne vous projetaient aussi fréquemment le dosseret dans le bas du dos... Vous êtes d’ailleurs quasi unanimes sur ce point dans le maxitest dédié à ce scooter sur m-s.

Kymco 125 Grand Dink

Il ne manque pas de ressort !

Un spécialiste conclurait sans doute à "trop de ressort..." avant que ces mêmes amortisseurs tendant à pomper au-delà des 100 km/h ne lui fassent rajouter "... mais pas assez d’hydraulique !". Comme bon nombre de ses concurrents, le Kymco Grand Dink repose sur des suspensions bas de gamme qui ramènent son bilan dynamique dans la petite moyenne. Voici son seul point faible alors que son moteur pour sa part délivre une puissance suffisante pour le faire décoller honorablement du feu et maintenir une vitesse décente sur les axes secondaires. Ainsi, il est capable d’un petit 110 km/h compteur de moyenne tout en offrant un agrément de bon niveau. Sa bulle haute de série protège efficacement le buste et le casque tout en négligeant gentiment les épaules et les bras. En voilà assez pour lui faire gagner ses galons de banlieusard, à condition d’enrouler sa conduite plutôt que de la brusquer. Car dans ce cas, le Grand Dink peut même racler un peu de matière sur le sol, surtout en duo. Rien de grave cependant, d’autant que les freins à disque assurent dignement leur tache à condition de tirer fort sur les leviers. Sur les boulevards, ses fameux rétroviseurs à repli électrique permettent de s’immiscer dans les trous de souris alors que son train avant un peu lourd n’en fait pas un monstre d’agilité. Mais lui reprocher serait injustifié tant le Kymco joue de son gabarit et de ses performances "intermédiaires" pour finalement se trouver à sa place dans la plupart des situations normalement rencontrées par un scooteriste. Sans grandes qualités ni vilains défauts mais pour un tarif serré, le Grand Dink accomplit donc efficacement sa tache quotidienne. Affiché à 2 995 € dans sa version à rétroviseurs électriques et à 2 795 € en version standard, il n’y a finalement rien d’étonnant à ce qu’il continue de séduire face à une concurrence moins abordable.

Plus Moins
  • prix
  • polyvalence
  • ergonomie
  • coffre
  • suspensions sèches
  • béquille auto
  • pas d’alarme
  • pas de vide poche

Kymco 125 Grand Dink : A retenir

Kymco 125 Grand Dink

Kymco 125 Grand Dink Sans surprises ni faute de goût, le Kymco propose une architecture simple mais robuste et bien équipée. Certes, ces trains roulants se révèlent moins performants à l’usage que sur certains concurrents (jantes de petit diamètre -12 pouces - et suspensions de qualité médiocre) mais pour le reste, l’engin se révèle très correct. Dérivé de la gamme Honda pour laquelle le constructeur taïwanais a longtemps assemblé des moteurs, son monocylindre 4 temps refroidi par air offre une puissance suffisante compte tenu de sa vocation et des performances du châssis. Seul désagrément, il atteint vite son régime maxi en croisière, générant alors des vibrations présentes mais supportables au delà de 100 km/h au compteur et une consommation au dessus de la moyenne.

Kymco 125 Grand Dink La finition est correcte, l’équipement complet et le cockpit agréable. On apprécie notamment la planche de bord au design "en coquille" très original, avec son compte-tours, ses deux jauges à essence / température moteur et son horloge centrale. Seul reproche, l’absence de compteur kilométrique partiel, obligeant à faire confiance à la jauge, d’ailleurs jugée peu fiable par quelques uns d’entre vous dans le maxitest scooter m-s. Au rang des grands (et seuls) absents, citons une alarme et une boîte à gants, pourtant toutes deux quasi incontournables au quotidien. Parmi ses points forts, le Kymco Grand Dink avance un coffre de grande capacité, pouvant loger à l’aise un casque intégral et un sac à dos, ou un ordinateur 15 pouces avec son étui, par exemple. Grâce à sa vaste selle et son dosseret intégré aux poignées et porte-paquets, l’accueil du passager s’avère très convivial. Pour le reste, il offre tout ce qu’on attend du genre : deux béquilles (mais la latérale à repli automatique agace à la longue...), une prise 12 volts pour recharger le téléphone, un accès très facile au bouchon d’essence à gauche dans le tablier, des commodos ergonomiques au standard japonais, un kick en plus du démarreur électrique. Coloris bleu, gris

Maxitest M-S : Vous nous parlez de votre scooter.

Lu sur le maxitest du Kymco 125 Grand Dink :
"Engin au final très attachant avec un look un peu décalé par rapport aux concurrents"

Extraits :

"Excellent scooter doté d’une très bonne tenue de route. Bon freineur, facile à prendre en main et mettant en confiance assez vite. Selle confortable mais pas exceptionnelle cependant. Consommation moyenne entre 4.,5 et 5 l aux 100. Seuls bémols à mon goût, coffre un peu chiche pour y rentrer un intégral ou plus... Le top case est un accessoire plus qu’utile même s’il n’est pas indispensable en solo. Les rétros, bien qu’électriques sur le mien, demeurent à hauteur de ceux des voitures... et il manque également un totaliseur partiel kilométrique ce qui est pourtant bien pratique (notamment pour l’essence vu que la jauge est fantaisiste !)."

"Les points forts : aucune turbulence sur le casque grâce à la bulle haute (en option), un excellent confort grâce aux amortos Païoli (en option). Les points faibles : louvoiement excessif à cause de la bulle haute et selle moins confortable sur le modèle 2004 que sur le modèle 2002."

"Le Grand Dink 125 est un scooter très polyvalent, bien équipé avec un coffre moyen mais souvent suffisant (casque intégral+chaîne+gants+pantalon de pluie+lunettes et quelques petits objets). Le confort est ferme, la tenue de route bonne jusqu’à 110 km/h (vitesse maxi). On accélère rapidement et linéairement jusqu’à 100 km/h. Conso entre 3,9 et 5l suivant parcours. Engin au final très attachant avec un look un peu décalé par rapport aux concurrents."

"Scooter très attachant avec peu de défauts importants (jauge imprécise, fermeté des suspensions)."

"Les balades de 300 km ne lui font pas peur même en duo sur les cols de montagne. Dommage que la sècheresse des suspensions et les roues de 12 pouces gâchent un peu le tableau."

"Très bon scooter, un peu plus de "pêche" au démarrage et une consommation plus basse, et je dirais excellent."

"Excellent rapport qualité/prix, très facile d’utilisation, prise en main quasi immédiate même pour un débutant, instrumentation peu fiable, consommation assez élevée, sont les seuls défauts constatés jusqu’à présent (3000 km)."

"Seule ombre au tableau : l’imprécision de la jauge d’essence !"

Lire le maxitest moto-station complet du Kymco 125 Grand Dink ici

 
Crédits :
Photos Thomas Decousser
 


Fiche technique

Technique : monocylindre, 124,6 cm3, 4 temps, refroidi par eau, 1 ACT, 2 soup./cyl., puissance 12 ch. (8,4 kW), démarrage électrique et kick, cadre tubulaire acier, freins AV 1 disque / AR disque, jantes AV/AR 12 pouces, fourche télescopique, 2 amortisseurs AR, hauteur de selle 765 mm, réservoir 10 l., poids à sec 155 kg

Détails :instrumentation complète (compteur, compte-tours, kilométrage total, jauges essence + température, horloge), 2 béquilles, coffre pour 1 intégral, prise 12 volts, porte-paquets, rétroviseurs électriques

Performances : vitesse maxi 109 km/h (compteur 115 km/h à 8 900 tr/min), conso moy. 4,1 l./100 km / autonomie env. 240 km (maxitest 4 l./100 km - 200 km)

 

Partageons nos expériences !

En ce moment, 57 avis d'utilisateurs sur cette KYMCO 125 Grand Dink

Graphique note KYMCO 125 Grand Dink Note générale : 8.3
Classement général : 100e / 299
Evolution : 1

  • Votre essai 8.34
  • Entretien/budget 7.73
  • Vous 9.4
  • Pratique 7.55
  • Long terme 8.47
Conclusion maxitest Dernier avis :
Ce qui m'a déçu : la fermeté des suspensions. Ce qui m'a séduit : voilà 9 ans & 135 000 km qu'il me transporte quotidiennement pour aller travailler, parfois en duo le weekend. L'entretien est assuré par mes soins, tous les 5000 km, et ce depuis la dernière visite prise sous garantie à 1 500 km. La conception mécanique est simple, mais fiable, hormis les connexions internes de l'alternateur que j'ai dû modifier, pour supprimer une source de pannes récurrentes. J'en suis à 2 moteurs, 4 pistons/segments & 2 chemises. Avec une grande bulle, un tablier & manchons, on peut l'utiliser par tous les temps, quelque soit la température. Il n'y a que quelques jours par an, avec beaucoup de neige ou verglas, qu'il reste au chaud. Je le trouve un peu sensible au vent latéral en solo et il manque de punch en côte ou par vent de face pour doubler les camions sur autoroute.

 
 

 
 

Articles relatifs

Nos derniers articles relatifs à : Kymco Dink - Scooter - 125 (B) - Scooter selle basse

Scooter électrique et efficace !
Essai Askoll eS3
2 novembre
La référence de retour ?
Essai Yamaha X-MAX 125 2018
11 octobre
Un atout pour la ville !
Essai Peugeot Belville 125
29 septembre
Valeur sûre
Essai Suzuki Burgman 400
25 septembre
Une alternative très crédible
Essai SYM JET14 125I
2 mai
 
 
 
 


Annuaire des concessionnaires 
Trouvez votre concessionnaire
scooter moto près de chez vous

 
 

 

 

 

Top hebdo*
Kymco Concept C séries CV2 et CV3
En dévoilant les concepts C séries CV2 et CV3 à Milan, Kymco annonce une famille enrichie d’un maxi scooter à trois roues et d’un maxi scooter voyageur.

* articles les + lus durant les 7 derniers jours
 

 

 

 
 
1 visiteur connecté