Vendredi 31 octobre 2014
RSS
Newsletter Recevez la newsletter :
Exclusif !
PGO eWave Idep scooter électrique ligero deux roues motrices batteries lithium-ion plomb-acide

Toujours aussi propre, mais est-il plus performant ?

Essai PGO eWave : L’Idep revu et corrigé

Un scooter à deux-roues motrices, qui plus est électrique, ça ne court pas le pavé ! Cet engin, nous l’avons trouvé chez PGO. Une nouveauté ? Pas vraiment, l’eWave est ni plus ni moins que la version modifiée de l’ancien Idep, décevant pour son autonomie. Aujourd’hui PGO rectifie le tir en lui greffant des nouveaux moteurs. Nous avons testé l’engin annoncé plus performant, mais l’est-il suffisamment pour enterrer les scooters thermiques ?
Millésime : 2010
mercredi 1er décembre 2010
équivalent 50 cm3 cm3   legende
 
Commentaires Enregistrer au format PDF   impression  réagir à l'article 0 réaction
 
Fonds écran PGO eWave : L’Idep revu et corrigé Prix PGO eWave : L'Idep revu et corrigé Prix PGO eWave : L’Idep revu et corrigé


Le problème avec les scooters électriques est qu’ils provoquent souvent des déceptions. Pas vraiment pour leur comportement dynamique ni pour l’agrément qu’offre leur puissante motorisation, ces déconvenues sont généralement liées à l’autonomie de ces petits deux-roues. Chaque constructeur y va de son annonce, faisant miroiter aux potentiels intéressés des autonomies toujours plus grandes, réalisées dans des conditions très éloignées de la réalité des usagers. C’est à se demander si le tests sont effectués sur des lignes droites sans dénivelé, toujours sous le soleil et par des pilotes dont le poids n’excède pas une trentaine de kilos ! Une fois l’engin en main, le pot au rose est découvert par les "vrais" utilisateurs et les critiques fusent. Le constructeur taïwanais PGO a parfaitement conscience de ce problème puisqu’il l’a connu an 2009 lorsqu’il a lancé l’Idep (Intelligent Dual Energy Propeller), modèle à l’origine du eWave présenté aujourd’hui. La fiche technique annonçait une autonomie proche de la cinquantaine de kilomètres, il n’en faisait qu’une vingtaine en réalité. Résultat, la presse et les premiers testeurs ont alors crié au scandale et PGO stoppa sa production.

Scooter électrique PGO eWave, 3/4 avant gauche

Seconde chance

Dommage ! Cet Idep présentait en effet un concept intéressant de scooter électrique équipé de deux types de batteries. Des batteries au plomb fixées sous le plancher et d’autres au lithium-ion, amovibles et destinées à recharger les 4 batteries plomb-acide. Le tout alimentait alors deux moteurs électriques de 2000 W chacun, fixés dans le moyeu des roues avant et arrière. Cette réalisation s’avérait plutôt pratique, car pour faire ponctuellement le plein d’énergie, il suffisait de retirer les deux batteries lithium-ion et de les brancher à n’importe quelle prise 220 V. Remontés sur le scooter, les deux blocs Lithium-Ion ré-alimentaient les grosses batteries au plomb. Mais les moteurs d’origine chinoise placés dans les roues se sont montrés plus énergivores que prévu et l’autonomie annoncée n’a jamais été au rendez-vous. Aujourd’hui, PGO donne donc une seconde chance à son scooter électrique en lui greffant deux nouveaux moteurs électriques, cette fois d’origine taïwanaise. La mauvaise presse ayant terni l’image de l’Idep, l’engin est rebaptisé eWave et nous assure-t-on, dispose d’une autonomie maximale proche des 35 km, que nous allons nous empresser de vérifier. En selle !

Scooter électrique PGO eWave, action 3/4 droit

Des mesures réalistes

Il fait un froid de canard, ce qui ne présage rien de bon pour ce qui est de la réserve d’énergie disponible dans les batteries de l’eWave. Et oui, car plus les températures sont basses, plus la perte est importante. Allez, qu’importe ces conditions hivernales, nous bravons ce temps difficile et c’est parti pour une ballade qui ne se terminera qu’une fois les batteries entièrement vidées. Un premier constat s’impose au guidon de l’eWave, c’est sa grande facilité d’utilisation. Il faut dire que l’engin est d’un gabarit pour le moins compact. Cet équivalent 50 cm3 est en effet construit sur une base de scooter thermique bien connu dans la gamme PGO, le Ligero. Petit, léger, l’engin fait également preuve d’une bonne rigueur, un point rassurant pour les novices. On tourne sa poignée droite : L’eWave décolle tout doucement, dans un silence de cathédrale. De façon linéaire et continue, l’engin atteint sa vitesse maximale. Sur le joli compteur tout digital, les batteries se mettent à clignoter, montrant que le système est en pleine action. A gauche et à droite sont symbolisées les batteries lithium-ion, en bas du compteur les accus au plomb. A l’usage, on voit d’abord se vider la partie plomb, puis la réserve d’énergie tampon" au lithium prend alors le relai et réapprovisionne les blocs au plomb. Au fil des kilomètres les barres s’ égrènent et finalement au bout d’une heure, notre périple prend fin. Verdict : La mesure annoncée est vérifiée. Nous avons quasiment parcouru 35 km, ce qui n’est pas énorme vous en conviendrez, néanmoins force est de constater qu’aujourd’hui, à l’aube de 2011, c’est une mesure réaliste compte tenu des technologies proposées au grand public.

Scooter électrique PGO eWave, action profil gauche

Un comportement sain et un agrément moteur bien réel

Notre eWave est à sec. Pour le recharger deux possibilités s’offrent à nous. Via le prise située en haut du tablier on peut brancher directement l’engin sur secteur pour un cycle complet de charge grâce au transformateur fournit. Mais tout le monde ne dispose pas d’un emplacement pour ce faire, encore moins sur son lieu de travail par exemple. Du coup, la seconde solution apparait véritablement idéale pour une recharge ponctuelle. On soulève la selle et derrière le vrai coffre (où un casque intégral peut être logé), on désaxe les deux batteries lithium-ion (2 kg) pour les amener à n’importe quelle prise secteur de 220 V. Pour ce qui est du temps de rechargement, là aussi on est dans la norme puisqu’il faut 4h pour ravitailler 80% de la charge, 6h pour un cycle complet. Maintenant gavé de watts, nous reprenons le guidon de l’eWave pour tester tout les petits plus de ce scooter à brancher. Cela commence par le petit bouton jaune situé sous l’accélérateur. On l’actionne, on tourne la poignée et l’effet turbo se met en branle. Cette option est très pratique pour décoller des feux ou gravir des côtes. On ressent vraiment la puissance des 4000 W (5,5ch), ce qui est remarquable pour un équivalent thermique de 50 cm3. En revanche, ce mode de fonctionnement semble particulièrement gourmand en énergie. S’en servir avec parcimonie est donc recommandé lorsque le trajet envisagé frôle la distance maximale autorisée par l’autonomie.
Les autres atouts de l’eWave se concentrent autour de sa partie cycle. PGO n’a pas lésiné et nous propose beaucoup de rigueur, tant du côté des suspensions que du freinage. Au final, l’eWave n’est pas des plus confortables, toutefois il rassure et c’est finalement cela qui importe. Ses roues de 12 pouces, son freinage très mordant et la rigidité de ses suspensions à l’avant comme à l’arrière, nous apparaissent bien conçus pour une utilisation quotidienne par tous les types de pilotes.

Scooter électrique PGO eWave, action 3/4 avant gauche

Non-motivés par la démarche écologique s’abstenir

A l’heure du bilan, outre l’autonomie de 35 km certes réaliste compte tenu des technologies actuelles, mais néanmoins pas énorme il faut bien l’admettre, un 2e point noir nous apparaît : le prix de l’eWave. Si un 50 cm3 thermique d’origine asiatique se négocie souvent à un tarif proche de 1 500 €, il faudra investir le double, soit 2 990 € pour devenir propriétaire de ce scooter propre. Une somme rondelette, mais lorsque la culpabilité de polluer est trop forte, on ne regarde certainement pas à la dépense ! On peut toutefois compter sur des aides de la part de certaines municipalités (pouvant aller jusqu’à 400€) et aussi se rassurer en se disant que l’électricité coûte indéniablement moins chère que l’essence. Aussi, un moteur électrique n’a pas besoin d’entretien. Mais le champs d’action de cet engin demeure exclusivement citadin et son usage est plus contraignant que n’importe quel petit scooter "classique". Dans ces conditions, nous ne sommes pas certains que l’eWave entraine dans sa vague de nouveaux adeptes...Espérons que nous nous trompons.

Plus Moins
  • rechargement pratique
  • mode turbo
  • rigueur du châssis
  • capacité d’emport
  • prix
  • autonomie en mode turbo


 
Crédits :
Mehdi Bermani - Photos MB
 


Fiche technique

Moteur : électrique de type Brushless (sans balais) placé dans le moyeu des roues à l’avant et à l’arrière, puissance de 2000 watts chacun soit au total une puissance de 5,4 ch, tension nominale de 48V, 2 batteries Lithium-Ion de 12 Ah (amovibles) + 4 batteries au plomb de 20 Ah (fixes), 4 heures pour 80% de charge, 6 heures pour 100%, durée de vie de 800 cycles de charge pour le Lithium-ion, 2 ans pour les accumulateurs au plomb, présence au guidon d’un bouton pour enclencher un mode "turbo"

Partie cycle : cadre acier intégrant les batteries plomb sous le plancher et les batteries Lithium-Ion dans la partie arrière, fourche télescopique hydraulique, 2 amortisseurs arrière, freins AV et AR à disque / étrier à deux pistons, pneu AV et AR 100/60 x 12

Gabarit : hauteur de selle NC, poids (avec batterie, donnée constructeur) 115 kg, longueur 1 780 mm

Performances : vitesse maxi mesurée à 42 km/h (50 km/h au compteur), autonomie maximale mesurée à 35 km en utilisation basique sans enclencher le mode "turbo"

 

Partageons nos expériences !

En ce moment, 3 avis d'utilisateurs sur cette APRILIA 500 Scarabeo

Graphique note APRILIA 500 Scarabeo Note générale : 8.12
Classement général : 124e / 286
Evolution : 0

  • Votre essai 8.29
  • Entretien/budget 7.5
  • Vous 9
  • Pratique 7.83
  • Long terme 8
Conclusion maxitest Dernier avis :
+ confort seul & duo - protection - freinage - transport de bagage

 
 

 
 

Articles relatifs

Nos derniers articles relatifs à : Electrique - PGO - Scooter - 125 (B) - Scooter électrique - Scooter urbain

Citadin, mais pas que !
Piaggio MP3 300ie LT ABS ASR 2014
20 octobre
Toutes en scooter !
Kymco People One 125i 2014
10 octobre
50’s spirit
Peugeot Django 125
26 septembre
 
 
 
 

Annuaire des concessionnaires 
Trouvez votre concessionnaire
scooter moto près de chez vous

 
 

Pour trouver et acheter vos accessoires, pièces, équipements, occasions, moto et scooter en ligne

Pros online : notre sélection de boutiques, professionnels de la moto et du scooter sur internet

 

Nos publicités du moment
 

Top hebdo*
Peugeot Satelis 400i 2014
Nouveau fer de lance de la gamme Peugeot Scooters, le Satelis 400i 2014 est aujourd’hui à l’essai sur Scooter-Station. N’a-t-il que son mono de 37 ch. pour nous séduire ? La réponse est là !

Nouveautés scooters GT Kymco 2015 : Dink Street/Downtown 125/300 ?
Kymco devrait présenter 4 grosses nouveautés à Milan la semaine prochaine. Et ces quelques photos laissent à croire que 2 d’entre elles concerneront les GT Dink Street 125 et 300 2015...

Consommation 3 roues Piaggio/Gilera : MP3 500/300, Fuoco, accessoirisés, voici nos chiffres !
Versions standards ou accessoirisées, que consomment les scooters 3 roues italiens Piaggio et Gilera. Les réponses sont sur Scooter-Station !

* articles les + lus durant les 7 derniers jours
 

 

 

 

 
 
44 visiteurs connectés