Lundi 21 avril 2014
RSS
Newsletter Recevez la newsletter :
Recherche Recherche :
sym joy ride joiride 125 joyride

Taïwanais, urbain et malin !

Essai Sym Joyride 125

Le Joyride s’est refait une jeunesse en 2006. Citadin à tendance GT, voici un outil certes rustique mais toujours dans le coup. Parmi ses atouts, un tarif plancher de 2 690 €.
Millésime : > 2006
jeudi 21 décembre 2006
125 cm3   legende
 
Commentaires Enregistrer au format PDF   impression  envoyer l'article par mail   réagir à l'article 0 réaction
 
Images Sym Joyride 125 Images Sym Joyride 125
Prix Sym Joyride 125 Prix Sym Joyride 125


Bien que modernisé pour 2006, le look du Joyride ne s’illustre pas par un sex-appeal débordant en regard de la production actuelle. Bénéficiant d’un finition correcte mais restée "très plastique", il ne brille donc pas particulièrement par son aspect extérieur, excepté pour les rondeurs et les volumes massifs...

Classique mais pratique

Voilà donc un scooter qui convaincra plutôt par sa conception et le soin apporté à ses détails mécaniques et pratiques. En effet, quand on y regarde de plus près, le Joyride apparaît comme un roule-toujours prêt à affronter le temps et les intempéries. En témoignent les soufflets de protection de la fourche, le faisceau électrique bien isolé, ainsi que les amortisseurs arrière préservés des projections par une languette de caoutchouc. Le frein avant périmétrique, assez peu commun sur ce genre d’engin, se présente comme une belle pièce qui ne laisse pas indifférent.
Même si l’on peut regretter le vide poche trop petit et "l’accroche sac" bas placé, il reste tout de même un grand coffre sous la selle et de quoi arrimer un paquet sur l’assise du passager. On appréciera également la parfaite lisibilité des divers niveaux de liquides (frein / refroidissement / huile). Dans le même esprit, les valves coudées permettent un gonflage rapide et propre des pneumatiques. Bien vu.

photo Sym Joyride 125

Petite joie et bonne forme

Installons-nous à bord. Le Joyride semble conçu pour les petites jambes et les conducteurs de taille moyenne. Les plus d’un mètre quatre-vingt seront moins à l’aise, avec les jambes en hauteur et ne pouvant les allonger pleinement faute de recul sur la selle. Heureusement, le plancher plat autorise le conducteur à changer souvent de position.
Les commandes pâtissent d’un "toucher plastique" elles aussi, mais leur repositionnement agréable rattrape le coup. L’instrumentation de bord, complète et très esthétique, suffit à faire oublier l’environnement peu luxueux dans lequel elle se trouve.
Le passager est pour sa part choyé. Il bénéficie de repose-pieds escamotables et bien placés, d’un dosseret haut et confortable et d’une assise moelleuse, soit un ensemble peu courant sur un scooter économique. Ergonomiques quant à elles, les larges poignées moulées assurent une bonne prise.
Le Joyride dispose d’un moteur vigoureux. Accrochant 115 km/h compteur maxi, il ouvre l’accès aux voies rapides, tout en se tirant également très bien de l’exercice urbain. Bon en reprise, pas mauvais grimpeur, seule sa transmission rugueuse et brutale à 25 km/h le pénalise.
Avec le Joyride, on peut à loisir profiter du très bon rayon de braquage. On regrettera parfois que sa longueur l’empêche de se faufiler aussi instinctivement que pressenti. Le HD 125, son petit frère à grandes roues, se tire bien mieux de ce genre de situation et des "virages" à 90°.
Sachez également que le Joyride souffre d’un manque d’homogénéité dans les courbes rapides. Son amortissement souple, conjugué à un empattement long et à une position de conduite basse, mettent en évidence le manque de rigidité du cadre. Confortable et agréable à allure raisonnable (quoi que pompant facilement avec le réglage d’origine des amortisseurs), le Joyride n’a rien d’une machine sportive et le rappelle. Qu’à cela ne tienne, en ville, il officie avec sérénité, d’autant que son freinage agréable et puissant lui permet de parer à toute éventualité.

photo Sym Joyride 125

Scooter tous temps

Si vous êtes prêts à faire quelques concessions esthétiques et que le polish et un coup de chiffon de temps en temps ne vous font pas peur, vous pouvez sûrement regarder du côté de la gamme 125 de chez Sym. Si vous mesurez moins d’un mètre quatre-vingt et que le duo représente un point important pour vous, le Joyride s’annonce comme un choix pertinent, tout en sachant qu’il faudra de temps en temps donner un coup de clef aux amortisseurs arrière.
Vous l’aurez compris, le Sym Joyride 125 ne privilégie pas l’apparence au fonctionnel, bien au contraire. Il facilite la vie et son entretien tout en ménageant le porte monnaie, et se destine ainsi naturellement à ceux pour qui la vitesse importe moins que le nombre de kilomètres.

photo Sym Joyride 125

Plus Moins
  • confort
  • espace passager
  • instrumentation
  • transmission
  • flottements
  • accueil grand gabarit

Sym Joyride 125 : A retenir


Moteur

Le monocylindre quatre temps à refroidissement liquide qui équipe le Joyride sort 12 ch. à 8 500 tr/min pour un couple de 1,05 daN.m à 6 500 tr/min, soit l’équivalent de ce que l’on peut trouver sur le nouveau Burgman 125. Il est en revanche toujours alimenté par un carburateur sans starter manuel. Le kick facilitera le démarrage en cas de défaillance de la batterie. Certains apprécieront. Assez doux de fonctionnement, le moteur est secondé par un double variateur qui entraîne une transmission peu bruyante, mais générant un bond aux environs de 25 km/h dont il convient de prévoir les effets en circulation notamment.

photo Sym Joyride 125

Partie cycle

Sur le plan de l’accessibilité, avec ses 730 mm de hauteur de selle et un plancher plat et court, vous comprendrez que les grands gabarits ne sont pas des plus à l’aise à son bord. Il n’en reste pas moins que la bulle haute leur protègera tout de même le haut du crâne, sans parvenir à éliminer toutes les turbulences. La prise au vent latéral s’avère, vous vous en doutez, assez importante compte tenu de la surface de carénage. Par ailleurs, le cadre est un peu léger pour encaisser les contraintes des courbes rapides, mais néanmoins suffisant compte tenu de la vocation urbaine du scooter. Le point fort du Joyride : un impressionnant disque périmétrique de 280 mm serré par un étrier double pistons. Malgré un choix de plaquettes dures pour privilégier l’endurance, le combiné permet de bien contrôler le freinage sans risquer le blocage. L’amortissement est réglable, mais la clef brille par son absence dans la trousse à outils. Dommage, car en durcissant l’arrière, comportement en duo comme passage en courbe s’améliorent.

photo Sym Joyride 125

Pratique

Duo conseillé ! De la place, un dosseret et des repose-pieds revêtus d’un plastique dur (on aurait apprécié une surface caoutchoutée), le passager ne peut pas se plaindre. Le coffre propose une astuce intéressante : la selle s’ouvre de manière oblique, dégageant copieusement l’accès ; facile alors d’y déposer son casque intégral et un sac. En revanche, la prise 12 volts et la lumière font défaut. Le vide poche droit nous a paru inutile, trop petit pour contenir un téléphone par exemple, il fait acte de présence, sans plus. Le niveau de liquide de refroidissement se contrôle par une lucarne aménagée dans le tablier, bien vu, surtout l’été.

photo Sym Joyride 125

A la fois, moderne, complète et très esthétique avec son éclairage bleu du plus bel effet, l’instrumentation de bord surprend. Elle intègre dans un afficheur digital : une jauge à essence (moyennement précise), une montre, un odomètre et un trip journalier. Moins indispensables, la jauge de température moteur et le compte-tours analogique animent les abords du compteur de vitesse à aiguille. Le Joyride 125 est doté d’une béquille centrale et d’une autre latérale peu pratique. Son ressort de rappel trop ferme aura tôt fait de venir endommager le bas du carénage ou même de "pousser" le scooter. Méfiance...

 
Crédits :
Par Benoît Lafontaine
 


Fiche technique

Moteur : 124,5 cm3, 4 temps, monocylindre, alésage 57 mm x course 48,8 mm, refroidi par eau, 1 ACT et 4 soup./cyl., carburateur diam., transmission automatique à double variateur, démarreur électrique et kick.
Puissance 12 ch. (8,67 kw) à 8 500 tr/min , couple 1,05 daN.m à 6 500 tr/min

Partie cycle : cadre acier, fourche télescopique, deux amortisseurs AR, freins AV 1 disque diam. 280mm - AR disque diam. 200 mm, pneus AV 110/80 x 12 - AR 130/70 x 12

Gabarit : empattement 2 010 mm, hauteur de selle 730 mm, réservoir 8,5 litres, poids à sec env. 145 kg

Performances : vitesse maxi 107 km/h

 

Partageons nos expériences !

En ce moment, 6 avis d'utilisateurs sur cette SYM 125 Joyride Euro 3

Graphique note SYM 125 Joyride Euro 3 Note générale : 9.05
Classement général : 3e / 266
Evolution : 0

  • Votre essai 8.87
  • Entretien/budget 9
  • Vous 10
  • Pratique 8.25
  • Long terme 9.13
Conclusion maxitest Dernier avis :
Excellent scooter tant en ville que sur route ou voies rapidse ou encore en duo. Réel confort, freinage dosable et puissant, duo agréable ne délestant pas la fourche avant, performances suffisantes, accélération et reprise au top. Très accessible, position de conduite naturelle et confortable.

 
 

 
 

Articles relatifs

Nos derniers articles relatifs à : Scooter - 125 (B) - Scooter GT - Scooter selle basse - Scooter urbain - Sym

Spaghettis sauce catalane !
Rieju City Line 125 et 300 2014
13 avril
Le plein d’agrément !
Yamaha X-Max 250 ABS 2014
8 avril
Plus confortable et performant
Honda NC 750 D Integra S 2014
24 février
En (quasi) direct du Portugal !
Essai Kawasaki J300 ABS 2014 : Premières sensations !
16 janvier
 
 
 
 

Annuaire des concessionnaires 
Trouvez votre concessionnaire
scooter moto près de chez vous

 
 

Pour trouver et acheter vos accessoires, pièces, équipements, occasions, moto et scooter en ligne

Pros online : notre sélection de boutiques, professionnels de la moto et du scooter sur internet

 

Nos publicités du moment
 

Top hebdo*
Johammer J1 : 1/3 scooter, 1/3 moto, 1/3 escargot !
Le Johammer J1 est un engin électrique, à mi-chemin entre la moto et le scooter, avec un profil d’escargot. Un concept pour le original et pourtant voué à la commercialisation !

3 roues à toit Adiva AD3 300 2014 : Où l’essayer ?
L’arrivée du premier scooter 3 roues à toit, l’Adiva AD3 300, est officiellement annoncée pour le 29 avril prochain. Où l’essayer ? La réponse est sur Scooter-Station !

Yamaha TMAX 530 ABS Brasil Cup Pons/BCD : Le maxi-scooter des Cariocas !
Amateurs du TMAX 530 et fan de "futebol", avec le TMAX 530 Brasil la concession Yamaha Patrick Pons vous propose de conjuguer vos deux passions. A découvrir sur Scooter-Station !

* articles les + lus durant les 7 derniers jours
 

 

 


 

 
 
26 visiteurs connectés