Mardi 21 novembre 2017
RSS
Newsletter Recevez la newsletter :
essai test scooter 3 roues Yamaha Tricity 125 MBK Tryptik 125

Le 3 roues universel !

Essai Yamaha Tricity 125/MBK Tryptik 125 UBS 2014

Avec les Tricity et Tryptik 125, le groupe Yamaha/MBK proposent les premiers scooters à 3 roues faciles d’accès ! Compacts, légers, proposés à un tarif accessible, ils se destinent en premier lieu aux primo-accédants. Mais sont-ils réellement bien taillés pour leur simplifier la ville ? Cette prise en mains à Amsterdam nous a permis de le vérifier !
Millésime : 2014
jeudi 17 juillet 2014
125 cm3   legende
 
Commentaires Enregistrer au format PDF   impression  réagir à l'article 1 réaction
 
Galerie photos Yamaha Tricity 125/MBK Tryptik 125 UBS 2014 Galerie photos Yamaha Tricity 125/MBK Tryptik 125 UBS 2014


Venez essayer le dernier MBK chez Avventura Scooter Colombes

Avec les nouveaux Tricity et Tryptik, Yamaha et MBK suivent (encore une fois !) leur propre voie ! Certes, proposer aujourd’hui un scooter à 3 roues n’a rien de très original, mais force est de reconnaitre que les choix adoptés par la maison franco-nippone sont pour le moins audacieux. En effet, plutôt que de proposer des alternatives aux Piaggio MP3 300/500 , Peugeot Metropolis 400 et autres Quadro 350S, Yamaha/MBK investit le segment 125 cm3 avec les premiers modèles 3 roues compacts du marché.
Nous les découvrons aujourd’hui à Amsterdam, fief de Yamaha Motor Europe. Et en les observant dans le détail, nous comprenons maintenant mieux la vision mondiale du constructeur. Puissants, imposants, coûteux, les 3 roues actuels peinent à s’imposer hors du marché français - pour ne pas dire de la seule région parisienne. Alors afin de démocratiser l’usage de ce type de véhicules rassurant les novices, et ouvrir le marché à de nouveaux convaincus, Eric de Seyne affirme que Yamaha Tricity 125 et MBK Tryptik 125 seraient aussi simples à prendre en mains que le commun des deux-roues citadins ! De plus, ils ne coûteraient pas plus cher ! Alors, pari gagné ? Ce premier essai nous permet aujourd’hui de trancher. Lisez la suite !

Scooter-Station essaye les Yamaha Tricity 125 et MBK Tryptik 125 2014

Moins de 4 000 € et plutôt excitant !

Avant même de tester ces nouveaux commuters, leur tarif nous est communiqué : 3 799 € ! La délégation de journalistes français présents sur l’évènement (23 pour être précis, du jamais vu !) avoue son étonnement. En effet, jamais un scooter 3 roues n’avait été aussi abordable et à contempler sa fabrication comme sa finition, il faut bien admettre que l’entrée de gamme est loin de faire bas de gamme. Bien au contraire ! Certes, les plastiques apparaissent un peu légers, mais ils s’assemblent parfaitement. Le faisceau électrique est bien dissimulé et la selle expose un joli revêtement agrémenté des surpiqûres blanches.
Les formes dynamiques sont plaisantes. L’habillage du tablier où contrastent textures et coloris séduit, comme la forme originale des garde-boue avant. On apprécie particulièrement le coloris rouge anodisé de notre machine d’essai. Bref, l’usine thaïlandaise du constructeur nippon n’a pas à rougir de ses productions.
L’installation à bord ne pose guère de difficulté. La selle est basse (780 mm) et sa largeur contenue permet aux petits gabarits de disposer de parfaits appuis au sol. Posture droite, jambes pas trop repliées en la présence d’un plancher bas, guidon étroit et pas trop haut : la position de conduite n’est guère contraignante. Horloge, indicateur de température extérieure, kilométrages partiels et jauge à carburant : l’instrumentation LCD est complète et lisible même si quelques reflets viennent toutefois gêner la vision.

Scooter-Station essaye les Yamaha Tricity 125 et MBK Tryptik 125 2014

Déconcertant de facilité !

Les Tricity et Tryptik font l’impasse sur le blocage du train avant style Piaggio Roll Lock. En les soulevant de leur béquille latérale, il faut donc conserver les deux pieds au sol., mais avec 152 kg tous pleins faits (annoncés par le constructeur) et une largeur de voie de seulement 38,5 cm (contre 46,5 cm sur les MP3 LT), l’exercice n’est pas plus périlleux qu’avec un 2 roues traditionnel. Voilà de quoi rassurer les novices ! A basse vitesse, l’équilibre de ces trois-roues, leur rayon de braquage et la facilité à gérer la poignée des gaz renforceront tout autant ce sentiment de confiance. Leur prise en main est naturelle.
Sur les pavés d’Amsterdam, les suspensions sont mises à mal. Pour autant, les 3 roues Yamaha et MBK font preuve d’une bonne capacité d’absorption. Avec une selle composée d’un matériau moelleux et une absence totale de vibration moteur, le confort du pilote est préservé. Néanmoins, l’inclinaison de l’assise n’est pas des plus agréables sur la durée. De plus sur les freinages, on a tendance à glisser vers l’avant, sans que toutefois les jambes de votre serviteur (183 cm) ne viennent heurter le tablier. Au plancher il y a juste ce qu’il faut de place pour les grandes pointures. On regrette seulement l’impossibilité d’étendre les gambettes pour cruiser.

Scooter-Station essaye les Yamaha Tricity 125 et MBK Tryptik 125 2014

Peu encombrant, agile, stable : Des atouts en ville !

L’évolution au cœur de la cité hollandaise nous amène de canal en canal, dans des rues étroites où déambulent des foules de touristes de tous horizons. Se frayer un chemin ici est facilité par le faible encombrement et l’agilité de nos montures. Outre le fait de pouvoir sans difficulté grimper les trottoirs, l’avant atypique des Tryptik et des Tricity distille une bonne vivacité. Mise sur l’angle progressive, capacité à virer dans de petits espaces, stabilité : les nouveaux trois-roues ne donnent pas l’impression qu’ils vont verser à basse vitesse.
Autre point fort en ville : leur freinage. En actionnant le levier droit on ne sollicite que la partie avant. Le mordant est satisfaisant, mais il faut toutefois appuyer fort pour qu’il se révèle totalement. Les novices préféreront solliciter le levier gauche qui actionne un freinage couplé UBS offrant une répartition optimale entre arrière et avant. Résultat : on freine court, sans faire crisser aucun pneu.
Côté motorisation, le nouveau monocylindre à deux soupapes n’est pas un foudre de guerre. Il propose une puissance maximale de 11 chevaux, délivrée de façon progressive. S’il n’est pas spécialement réactif à l’ouverture des gaz, ses accélérations sont convaincantes. Souplesse, bonne réponse à bas régime, reprises intéressantes jusqu’à 55 km/h compteur : en ville il n’y a finalement que sa sonorité un rien marquée qui peu s’avérer dérangeante. Impossible pour nous de vérifier ses besoins en carburant sur cette première prise en main, notamment les 2,4 l/100 km annoncés par le constructeur. Un prochain essai parisien nous permettra de trancher sur la question !

Scooter-Station essaye les Yamaha Tricity 125 et MBK Tryptik 125 2014

Limité sur les axes rapides

Cap sur le Nord. Direction Volendam et les routes longeant la mer intérieure des Pays-Bas (Markermeer). Sur les voies rapides, les Tricity et Tryptik 125 dévoilent une bonne tenue de route et un maintien de cap en courbe plutôt satisfaisant. Les petites déformations sont en effet absorbées avec brio, moins les grosses sur lesquelles l’arrière des trois-roues semble davantage pomper.
On peine toutefois à lancer nos machines à vives allure. Aux alentours des 90 km/h compteur leur monocylindre a en effet déjà tout donné. Certes en rentrant le casque dans la bulle on parvient encore à grappiller quelques km/h, mais pour voir s’afficher 100 au compteur il nous aura fallu patienter un bon moment. Ces trois-roues d’un nouveau genre ne semblent donc pas vraiment taillés pour cet exercice. D’ailleurs, si leur protection latérale prête difficilement le flanc à la critique, le haut du corps est en revanche très exposé.

Scooter-Station essaye les Yamaha Tricity 125 et MBK Tryptik 125 2014

Bilan : Succès annoncé (à l’étranger ?)

qa l’image du Honda PCX 125, qui a quelque peu révolutionné le segment des deux-roues citadins, les Yamaha Tricity et MBK Tryptik 125 proposent une nouvelle façon d’aborder le segment 3 roues. Avec leur stabilité rassurante, leur prise en main aisée (fruit d’un travail sur l’équilibre, le poids et la compacité), leur agilité, leur confort et leur freinage couplé rassurant, ils devraient attirer les moins expérimentés... et pas qu’eux !
Coffre pouvant accueillir un casque intégral ou un modulable, plancher complètement plat pour y poser un sac maintenu par le crochet de tablier, transport aisé d’un passager, ces nouveaux commuter sont de toute évidence biens nés pour aider les citadins à affronter le quotidien.
Leur tarif de 3 799 € est un dernier atout. Pour autant, en vendre 4 000 en France la première année - objectif avoué par le constructeur - nous semble un peu optimiste. En effet chez nous, force est de constater que la clientèle 3 roues est obsédée par la performance
En revanche dans le reste de l’Europe comme en Asie, où les 3 roues actuels sont boudés, nous pensons que ce modèle plus abordable a de réelles chances de s’installer.

Plus Moins
  • prise en mains
  • agilité
  • confort
  • coffre pour 1 intégral/modulable
  • freinage
  • prix
  • visibilité de l’instrumentation
  • allonge
  • protection


 
Crédits :
Mehdi Bermani-Tezkratt - Photos DR
 


Fiche technique

Moteur : , monocylindre, 124,8 cm3, 4 temps, alésage 52,4 mm x course 57,9 mm, refroidi par eau, 1 ACT et 2 soup./cyl., injection électronique, transmission automatique à variateur, démarreur électrique
Puissance 11 ch. (8,1 kW) à 9 000 tr/min, couple 1,0 daNm à 5 500 tr/min

Partie cycle : cadre tubulaire en acier, 2 fourches télescopiques type Cantilever sur multi-essieux directeurs, déb. 90 mm, 2 amortisseurs arrière, déb. NC, frein AV 2 disques 220 mm / étriers simple piston - AR disque 230 mm / étrier simple piston, pneus AV 90/80 x 14 - AR 110/90 x 12

Gabarit : dimensions (L x l x h), 1 905 x 735 x 1 215 mm, empattement 1 310 mm, hauteur de selle 780 mm, réservoir 6,6 l, poids tous pleins constructeur annoncés à 152 kg

Performances : vitesse maxi 101 km/h compteur, conso constructeur 2,4 l/100 km, conso moyenne de l’essai non-mesurée,

 

Partageons nos expériences !

En ce moment, 7 avis d'utilisateurs sur cette YAMAHA Tricity 125

Graphique note YAMAHA Tricity 125 Note générale : 8.09
Classement général : 136e / 299
Evolution : 0

  • Votre essai 8.19
  • Entretien/budget 7.96
  • Vous 8.64
  • Pratique 7.02
  • Long terme 8.63
Conclusion maxitest Dernier avis :
Le Yamaha Tricity 125 est une scooter très maniable. Je déplore uniquement le manque de confort de la selle.

 
 

 
 

Articles relatifs

Nos derniers articles relatifs à : MBK - Scooter - 125 (B) - Scooter 3 et 4 roues - Scooter urbain - Yamaha

Scooter électrique et efficace !
Essai Askoll eS3
2 novembre
La référence de retour ?
Essai Yamaha X-MAX 125 2018
11 octobre
Un atout pour la ville !
Essai Peugeot Belville 125
29 septembre
Le Honda Forza 125 menacé ?
Nouveau Yamaha X-MAX 125 2018
12 septembre
Toujours dans le coup ?
Essai Yamaha X-MAX 400
4 août
 
 

Vos commentaires

  • Yamaha Tricity 125/MBK Tryptik 125 UBS 2014
    22 septembre 2014, par thierry
    Bonjour je roule en scooter depuis l’apparition du majesty 250 puis toute la gamme, dont tmax et aujourd’hui 400 xmax….... J’ai essayé la bestiole …. Le Tricity est un super engin, très Legé et hyper bien équilibré, voir trop !!! …. Vous ajouté les pneus Michelin m+s et vous roulé par tous les temps et même sur la neige !!! ….. C’est dommage aujourd’hui, il est un poil court Yamaha aurait intégré le moteur du 125 xmax , Yamaha prenait le marché à piaggio du 125 jusqu’au yourban 350 d’un seul coup.... à noter le prix de la bête est normale et non prohibitif comme à l’habitude dès que Yamaha devient inventif ....... cordialement thierry


 
 


Annuaire des concessionnaires 
Trouvez votre concessionnaire
scooter moto près de chez vous

 
 

 

 

 

Top hebdo*
Kymco Concept C séries CV2 et CV3
En dévoilant les concepts C séries CV2 et CV3 à Milan, Kymco annonce une famille enrichie d’un maxi scooter à trois roues et d’un maxi scooter voyageur.

* articles les + lus durant les 7 derniers jours
 

 

 

 
 
1 visiteur connecté